L’emphysème des chevaux

Naseaux cheval - HoCaPa
💨 Qu’est ce que l’emphysème ?

C’est une réaction allergique des voix respiratoires profondes (les poumons).

🗣 Quels sont les symptômes de l’emphysème ?

Il y a plusieurs symptômes : la dyspnée expiratoire, la toux, la tachypnée (augmentation de la fréquence respiratoire), la « ligne de pousse » qui ressort, une dilatation des naseaux, une intolérance à l’effort et des difficultés à récupérer après l’exercice, du jetage, un amaigrissement…

🌾 Quelles sont les causes de l’emphysème ?

L’emphysème est du à une hypersensibilité au foin, aux champignons et aux moisissures présents dans le foin.

🐴 Comment soulager un cheval emphysémateux ?

Il faut faire très attention au foin que l’on donne au cheval. Il faut le mouiller dans la mesure du possible. Aussi il faut faire attention à ne pas curer le box lorsque le cheval est dans l’écurie (car les particules d’urine relâchées dans l’air peuvent être très irritantes pour les bronches du cheval).

💊 Il y a-t-il des traitements pour l’emphysème ?

Il y a des traitements naturels pour soulager le cheval, et améliorer la qualité de ces voix respiratoires. Il existe également des médicaments en cas de crise aiguë chez le cheval.

Définir l’emphysème : une maladie courante

L’emphysème des chevaux est une réaction allergique des voix respiratoires profondes, c’est-à-dire des poumons, à la poussière de l’environnement, et en particulier celle du foin, surtout lorsqu’il est de mauvaise qualité.

Les poumons réagissent à ce qu’ils perçoivent comme une agression, en produisant énormément de mucus. Ce mucus va alors bloquer les voix respiratoire, en contractant les petits muscles des voix respiratoires. Cela diminue le passage de l’air. L’emphysème est une maladie chronique, et relativement fréquente chez les chevaux. De plus, elle concerne essentiellement les chevaux agés, ou tout du moins elle ne les touche pas avant leur 7/8 ans. En outre, l’emphysème est très souvent un héritage génétique, et cela sans distinction de race particulière.

Un cheval en crise d’emphysème a beaucoup de mal à respirer, il tousse, il a les naseaux dilatés, et il est incapable de fournir le moindre effort ! Mais si on arrive à contrôler son environnement un cheval “emphysémateux” peut très bien fonctionner normalement.

Il y a de grosse similitude avec l’asthme humain, c’est la raison pour laquelle on préfère parler maintenant “d’asthme équin sévère”.

Cheval bouche ouverte - HoCaPa

Reconnaitre les signes de l’emphysème : une multitude de signaux

  • La dyspnée expiratoire (c’est-à-dire une difficulté à expirer l’air) ;
  • La toux (plus ou moins prononcée et plus ou moins régulière) ;
  • La tachypnée (c’est-dire une augmentation de la fréquence respiratoire) ;
  • On peut apercevoir la « ligne de pousse » (ce sont les efforts expulsifs manifestés par la contraction des muscles abdominaux) ;
  • Une dilatation des naseaux ;
  • Une intolérance à l’effort et des difficultés à récupérer après l’exercice ;
  • Du jetage (c’est-à-dire des sécrétions sortant des naseaux) ;
  • Un amaigrissement : le cheval va utiliser plus d’énergie pour respirer et ainsi brûler plus de calories pour ses muscles respiratoires. Il va donc perdre du poids progressivement.

Le symptômes ne sont pas nécessairement tous réunis chez le cheval emphysémateux, il ne peut présenter que certains d’entre eux. 

Déterminer les causes de l’emphysème chez le cheval : des causes mulptiples

Les causes de l’emphysème chez les chevaux sont multiples.

L’emphysème peut-être dû à une hypersensibilité au foin, aux champignons et aux moisissures présents dans le foin. En inhalant ces agents, le cheval développe une réaction allergique dans ce qu’on appelle “l’arbre respiratoire”.

Champ avec bottes de foin - HoCaPa

Mais cela peut aussi être dû à une allergie au pollen. Ainsi c’est la continuité de l’allergie. Les symptômes se développent au printemps, lorsque les pollens se libèrent.

Attention car une infection respiratoire mal ou trop tardivement soignée laissera des séquelles au niveau des bronches, et laisse donc la porte ouverte à l’emphysème.

Soulager les chevaux emphysémateux : de bons réflèxes à adopter

Pour les chevaux atteints d’emphysème, le plus important est d’éviter qu’il soit en contact avec des poussières. Pour cela, il faut faire très attention au foin que vous donnez à votre cheval : 

  • L’idéal est de donner du foin dépoussiéré à l’aide d’un purificateur de foin ;
  • Donner du foin mouillé (c’est-à-dire qui a été mis à tremper pendant au moins deux heures) ;
  • Donner du foin enrubanné, qui est moins poussiéreux. Attention car ce foin est plus riche ;
  • Ne pas balayer l’écurie lorsque votre cheval est au box (prenez soin de le mettre au pré ou au paddock, ou, à défaut, de le sortir de l’écurie).
Cheval à l'écurie - HoCaPa

Pour le cheval vivant au box

  • Le sortir au pré le plus souvent possible ;
  • Préférer une litière sur copeaux de bois à une litière sur paille ;
  • Renouveler l’air de l’écurie le maximum possible ;
  • Favoriser l’extérieur au manège pour travailler, et privilégié une carrière bien arrosée ;
  • Arroser également les paddocks en terre et sables pour limiter l’envol des poussières ;
  • Curer votre box et les box voisins très régulièrement pour limiter les vapeurs d’ammoniaques très irritantes.

Pour le cheval vivant au pré

  • Ne pas roundballer le pré ;
  • Eviter les terrains très secs.

En somme

Pour le cheval sujet à l’emphysème, on préconise une vie au pré et sans foin. Cela s’avère compliqué car l’alimentation du cheval est basée sur les fibres longues, et rares sont les régions suffisamment riches en pâturages pour que le cheval trouve de quoi se nourrir toute l’année.

Cheval broutant de l'herbe - HoCaPa

Les poneys et chevaux de sport emphysémateux

Règle numéro 1 : on adapte le travail du jour à la forme ou à la méforme du cheval ou du poney.

Règle numéro 2 : on privilégie le travail à l’exterieur, dans l’idéal sur une carrière mouillée. Si le travail s’effectue en manère, le sol doit également etre bien arrosé. 

Règle numéro 3 : Un échauffement progressif  Le cheval doit pouvoir tousser pour évacuer le mucus, alors on échauffe mène longue, et si la toux persiste on renonce pendant un temps à le placer. Pour un cheval peu atteint, un petit temps de galop à la fin de l’échauffement lui permet de se débarrasser des mucosités qui l’encombrent. Attention car si le cheval est trop atteint, l’encombrement de ses mucosités l’empêchent de fournir ce type d’effort.

Règle numéro 4 : favoriser le travail en longe, sans sangle ni surfaix qui tendent à gêner la respiration du cheval ou du poney.

Des traitements : soins naturels et médicaments

Les soins naturels

Vous pouvez retrouver une large gamme de soins respiratoires naturels chez des prestataires spécialisés dans ce domaine, comme par exemple Energetique et Plantes, L’herboriste des chevaux

Ces produits sont souvent à utiliser sous forme de cure à moyen ou long terme afin de soulager efficacement le cheval.

Parmi les soins naturels, quelques gouttes d’huiles essentielles dans un seau d’eau très chaude à placer en dessous de la respiration du cheval, de manière quotidienne. Cela facilitera grandement la respiration du cheval.

Rendez-vous sur notre article de blog dédié aux soins naturels pour les chevaux pour en savoir plus.

Les soins médicamenteux

Les traitements vétérinaires et médicaments sont recommandés en cas de crises aigues. Chaque crise aggravant un peu plus la situation, il est important de prendre toute la mesure de cette maladie, afin de garantir un avenir de qualité à son cheval. 

BON A SAVOIR

L’emphysème fait partie des 7 vices rédhibitoires chez le cheval, vous donnant un recours en cas de vente !

( sources : equistro.fr , classequine.fr , lepaturon.com )

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici